Mohammed ALAMI Consultant Expert SEO

Référencement SEO Montréal Mozalami

mardi 29 mai 2012

Catalogues en ligne la bagarre des chasseurs de commissions

Je commence à aimer ce genre de publication que je qualifie de blogging on the go. J'aurais pu choisir Tumblr (comme l'a fait Searchengineland) ou Stumbleupon (comme les likes de Mashable) ou encore Livejournal qui utilise Foaf une ontologie basée sur RDF le langage du web sémantique.
 Schéma des flux de données dans le cas de l’utilisation d’une ontologie
Pourquoi j'en parle, parce qu’aujourd’hui je viens de sortir de l'édition 5 du eCommerce Camp où notre ami @adrien a fait fureur avec une brochette de panelistes tous aussi branchés les uns que les autres et qui n'ont de foi que les comparateurs de prix. Pour ne pas les citer, je cite explicitement Shopbot.ca et Shoptoit.ca qui ont pour client un vieil ami de la maîtrise derrière le site ecommerce  Altitude Sports. S'il est vrai que c'est facile de les alimenter que ce soit XML ou un fichier CSV, ce qui a retenu mon attention c'est l'option de passer par une tierce compagnie, Lengow en l’occurrence qui propose de générer des catalogues pour usage multiple (comparateurs, marketplace...).



Déjà en tant que professionnel du référencement SEO je trouve juste inopportun de payer des clics même moins cher qu'Adwords, en plus des budgets SEM SEO SMO Dsiplay et tout ce qui s'en suit. Pour ordre d'idée, un clic sur un comparateur de prix peut valoir 0.3 $ alors qu'il en coûterait 1$ directement chez l'ogre Google. Si en plus, on rajoute les frais de génération de catalogue qui sont malgré tout accessibles (à compter de 99$ par mois), la facture risque d'être salée à la fin du mois !

Mon idée est toujours la même, pourquoi ne pas adopter le standard Schema (avant on parlait de SKOS/OWL) pour taguer ses produits et donc remettre le même catalogue au même format à tous : affiliés, comparateurs, places de marchés...etc.


Peut être tout simplement c'est la nouvelle destination avec Google Knowledge Graph quand le monde commencera à taguer ses pages, Google pourra remettre à l'ordre du jour son offre Google Squared ou la roue magique et alors l'avenir des comparateurs sera compromis...
Une capture d'écran de Google Squared en action pour comparaison de produits
Pour rappel la petite histoire de Twenga un moment brûlé par Google sur la France a fait le choix de s'allier au consortium Fairsearch en début d'année pour montrer son mécontentement car je ne pense pas qu'il gagne en trafic dans l'affaire. (avec Shopcity entre autres). Fairsearch à l'origine composé d'un consortium comprenant Tripadvisor, Tracvelocity, Kayak, Hotwire et Expedia notamment, tente de promouvoir une industrie parallèle au monde monopolistique des moteurs de recherche et à leur tête Google bien sûr.  Un petit coup d’œil sur le trafic de cette plateforme nous laisse penser que ce n'est pas une réussite, et que le pic du à sa médiatisation est dépassé.
Quoiqu'il en soit, nous continuerons à consommer des catalogues via comparateurs, réseaux sociaux comme Pinterest, sites dédiés comme Webcatalogue en France, CatalogueTag au Maroc et plus sérieusement Lasso en Australie où c'est rendu une véritable industrie. Si vous en connaissez des sérieux au Canada, faites le moi savoir. Et je ne parle pas de circulaires où nous avons une pléthore de joueurs aussi gros que Publisac et aussi des petits poucets comme Macirculaire.

Je vous donne RDV sur le blog de Mediative pour une trilogie dédiée au Knowledge graph annoncé par Google et une introduction au Web sémantique qui nous fera le plus grand bien je le sens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire