Mohammed ALAMI Consultant Expert SEO

Référencement SEO Montréal Mozalami

samedi 20 octobre 2012

SMX NY 2012 local SEO Retour sur local university advanced et plus

Voici 15 jours que je suis revenu du SMX de New York qui a eu lieu du 1er au 4 Octobre 2012 et je mets enfin mes notes en ordre pour résumer les activités auxquelles j'ai pris part.
SMX Advanced Local SEO New York 2012 - David Mihm - Mike Bluementhal - Joel Headly by Mohammed ALAMI
Je voudrais commencer bien sûr par le Local SEO qui était ma principale motivation pour aller à la ville de la grande pomme pour assister à un workshop d'une journée durant avec des experts comme @davidmihm de Getmelisted, @mikebluementhal son acolyte, @marybowling de Optimized et aussi @joelheadly de Google maps, je vous avouerai que c'était une belle brochette d'intervenants (on n'aurait pas pu faire mieux). Spécialiste de content marketing, a pris part aux débats, ainsi que @GregSterling  @AaronWeiche spécialistes du mobile.Il y avait aussi @mikeramzy de Niftymarketing, @MattMarko, @Ed_Reese, Matt siltana (au look trés bizarre) et d'autres.
Retour donc sur cette journée du Lundi 1er Octobre où ça commençait à 8h le matin. Le lien pour le planning de la journée: The Most Local/Mobile Search Expertise Ever Assembled in One Roo.

Pour la matinée donc, nous avions donc droit au planning suivant :
Planning de la matinée LOCAL UNIVERSITY avec David Mihm et Mike Bluementhal - SMX east NY 2012



Je vous livre ci-dessous les liens vers les différentes présentations auxquelles on a eu droit et plus bas mes notes en vrac :
  1. Siltala AM Yelp Siri Optimization
  2. Mihm Blumenthal AM Conceptualizing Local Search
  3. Mihm AM Local Rankings Factors 2012
  4. Bowling AM Link Competitive Assements
  5. Blumenthal AM Stop Worrying Love Reviews
  6. Blumenthal AM Google Local Past Present Future

Pour l'après midi c'était encore plus intéressant puisque nous avons eu l'occasion de participer à des tours de table et ci-dessous le programme :
Planning LOCAL UNIVERSITY PM avec David Mihm et Mike Bluementhal - SMX east NY 2012

Pareil, je vous livre ci-dessous les liens vers les différentes présentations :
  1. Weiche PM Pulling Mobile Rank
  2. Sterling PM State of Local Mobile Search
  3. Reese PM Analytics Related
  4. Ramsey PM Showing Custom Value
  5. Marko PM Local Gone National

Maintenant place aux notes que j'ai prises :


Conseils de Mike bluemnethal et David Mihm le matin pour améliorer l’optimisation off page off place :
  • Malgré qu’il ait été abandonné par nombre de référenceurs, le service Map Maker de Google continue à être un bel endroit pour faire connaître plus rapidement votre place à Google. Voici un petit tutorial vidéo
  • Utiliser la bibliothèque PANORAMIO pour uploader les photos géo localisées : aller sur Upload - Panoramio créer un ID et utiliser le service pour charger des photos qui vont apparaître sur Google Earth : plus de détails ici
  • Pour les utilisateurs de Wordpress, le plugin de Yoast semble tout recommandé : il vous permettra de créer les sitemap KML et Geositemap (quoi que celui-ci n’est plus supporté par google), les adresses en microformats et plus encore.
  • Soumettre les pages adresses sur site et les pages Google+ local aux agrégateurs. Il faut générer un flux RSS bien entendu  et utiliser des services comme Feedage…
  • Les reviews qui peuvent vraiment aider : la vélocité très importante sur Google+, les sites tiers de recommandations comme Yelp… Avoir le produit/service dans les mots clés utilisés dans le commentaire. Un concept sémantique est à prendre en considération : le Sentiment analysis sur Yelp (annoncé par Eric Shmidt)
  • Le nom du business dans l’ancre texte des liens entrant vers votre page sur site
  • Activité sociale : Foursquare checking, Facebook, Twitter.. pas encore incorporés comme signaux importants mais cela ne saurait tarder. Avant que Bing songe même à intégrer Foursquare dans ses résultats sociaux, Yelp avait un partenariat avec Facebook qui court depuis 2010 et qui continue à promettre une véritable guerre d’influence contre Google plus et Google maps combinés.

Ensuite quelques astuces pour obtenir les liens et les citations ô combien précieuses dans le contexte du référencement local seo. Attention à bien garder cette notion de NAP (un seul nom, une seule adresse, un seul numéro de téléphone) :
  • Citation Wikipedia : obtenir un article est le must sinon des liens externes au minimum
  • Voir avec sa chambre de commerce pour lister l’entreprise
  • Les fournisseurs de data premiers comme Yellowpages.ca au Canada mais aussi Localeeze et Acxiom bien sûr… Voir la liste de Google trusted sites. Mike Bluementhal avait publié une intéressante infographie sur la rapidité de mise à jour des infos.
  • Réclamer ses listings : pour cela le seul outil dont tout le  monde parle au Workshop est Whitespark dont le fondateur @DarrenShaw faisait partie des assistants (un canadien de Edmonton). Il vous permettra de voir les principaux compétiteurs sur vos mots clés géo modifiés et surtout de trouver des sites pour obtenir des citations ciblées par géolocalisation. Pour le classement nous parlons plutôt de Brightlocal pour le moment bien que d’autres s’intéressent au Ranking Geo targeted comme Linkdex, Brightedge 
  • On a parlé aussi du service de Yext qui pour un montant forfaitaire de 499$ par mois..
  • Une autre astuce consiste à bien répertorier ses liens et de les tourner en citations en demandant aux webmasters de revoir leur lien..
  • Google my map : là encore il s’agit de demander au propriétaire de site dans les parages d’intégrer (embeder) la carte ainsi fabriquée.
  • Autres tactiques : événements, Coupons, deals, propagation de contenu, medias, communauté…
Dans le référencement local, il y a eu une date importante : Venice update Mars 2012. En effet, avant la mise à jour le ratio Blended Vs 7pack était de 31% contre 69% dans les résultats locaux et est passé à 67% contre 33%.

  • Selon David Mihm, il faudrait 10 reviews pour faire apparaître un  score Zagat sur les résultats de recherch, mais cela était avant que Google revoie son système de notations.
 
  • Les avantages de Google+ local : Multiple managers, la vidéo marche bien, la photo est immédiatement partagé via instant upload, le nettoyage est assez facile (cleaning). L’idéal est d’avoir une page soicale pour la marque associée à des pages adresses.
Mary Bowling a fait sa présentation sur linkbuilding ô combien important dans ce contexte :
  •  Trouver les sites .edu, .org et .gov qui bénéficient d’une autorité non contestée
  • Utiliser l’outil de Google Keyword Tool et choisir le mobile uniquement pour trouver des idées de mots clés pour les ancres textes
  • NAP audit : Getlisted, Yext, Whitespark
  • Listing score : Getlisted les colonnes des compétiteurs
  • Bright local pour le profil SEO : je l’ai testé et j’avoue que ça marche plutôt bien
  • 51blocks.com pour les  outils SEO (recommandé également par Darren ) le lien ici
  • Placesscout.com pour vérifier ses classements en lcoal seo
  • SEOMOZ rank checker : je dois avouer que je ne l’ai pas encore testé malgré mon faible pour les produits de @rankfishkin
Après l’audit, Mary suggère d’attaquer le local SEO, Ogranic SEO et social marketing.
Le clou des présentateurs était bel et bien Joel headly dans la mesure où on va chercher l’info à la source :
  • Penser au système de notation avec 4 scores : 0, 1, 2, et 3. En fait cela correspond à ce que l’on vient de voir sur Google Zagat : poor-fair, good, very good, excellent. (on aura eu l’information une semaine avant !)
  •  Email me if you notice any Network for bad reviews : un client Adwords dans la sale a rapporté qu’il était victime d’un réseau de commentateurs fake.. (pour l’email il faudra aller chercher côté Google maps support)
  •  La description sur Google+ local pages est désormais libre et n’est plus limitée à 200 caractères comme c’était le cas dans Google places.
  • On a la possibilité de réclamer son listing sur Google+ soit en français ou en anglais mais pas les deux combinés (inchangé). En effet, Google propose d’ajouter la traduction des mots dans les champs description par exemple pour le Canada « most famous restaurant / restaurant le plus célèbre »  mais s’il faut tout traduire, alors il suggère de créer deux listings séparés (Multi-Language Listings).
  •  Map maker permet en revanche d’adresser ce problème de double langue
  •  Les catégories choisies ne peuvent être bilingues : soit français ou anglais.
Mike Bluementhal revient à la charge avec les reviews où je cherchais des tactiques pertinentes :
  • Utiliser plus de sites pour les notations comme citysearh ou l’équivalent au Canada comme Yahoo! dont la version dédiée est propulsée par Yellow pages
  • Créer un formulaire pour les plaintes que l’on peut tourner avec des notations
  • La diversité des sites de notations : un plus
  •  Utiliser le service à la clientèle pour construire un process de collecte de notations (sondages, études, ..)
  • Et là SweetIq s’est invité dans la présentation, encore un produit canadien pour les outils de commentaires avec Reviewpush

Matt Siltala a pris la parole avec son air dévergondé mais sympathique :
  • Yelp + Ios6 + Iphone5 = gros désastre
  • Openstreetmaps gros potentiel et principale menace pour Google
  • Optimisation pour Yelp : voir l’anatomie de page de destination ci-dessous :


La présentation de Gregg Sterling revient sur le fait que les apps dominent le web mobile :
Apple s’appuierait principalement sur Localeeze en US en tout cas.
Ce fût le tour ensuite de Aaron Weich qui a réattaqué avec le mobile et les statistiques connues :
  •  20% des recherches sur Desktop sont locales
  • 50% des recherches sur mobile sont locales
  • 70% des recherches sur mobiles aboutissent à une action dans l’heure qui suit
Honnêtement ce qu’il faut retenir, c’est que si vous êtes dans une stratégie d’acquisition via mobile, pensez plutôt au CPC car les places above the fold sont très limitées (trois).
·         Le responsive web design (RWD) est tout conseillé avec le vary http header
·         Utiliser le terme « mobile » dans la balise Title
·         Faire et soumettre un mobile sitemap
·         S’assurer que le logo est indexé dans les images Google et dans la version mobile
Deux exemples de super utilisation résident dans les cas Subway et Lulu Lemon comme sur vous pouvez le voir sur la présentation. 

Ensuite Matt Marco a vanté les mérites de son implication dans une stratégie via Google plus avec ses 35 000 agents et je ne vais pas le contredire, le résultat est éloquent.

Comme annoncé précédemment, le clou de la journée c’Est sans contexte les tables rondes où nous avons pu poser nos questions directement et voici les réponses que j’ai eues :
1. Mike Bluementhal : Si la page Google plus a été créée sous une autre catégorie que Local business alors pas de choix, il faut aller en créer une autre. Sinon oui combiner la page location avec la page de marque. Attention pour les catégories, comme je l’ai toujours dit vaut mieux choisir une existante que celle personnalisée qui risque de ne jamais renvoyer de résultat.  Pour les petits commerçants, lechallenge: Small Business Service Area
2. Joel Headly :Ok pour utiliser nom de business + indication géo (BNC bourassa) mas choisir plutôt une indication dans la ville plutôt que la ville (pas BNC Montréal). En effet, si cette pratique était contre les guidelines de Google Places, maintenant ce n’est plus le cas car ils ont laissé tomber ce facteur dans leur classement.
La description de Google places n’apparaît que dans le langage natif de la place. Si elle a a été créé en anglais elle n’apparaîtra pas pour les visiteurs avec un navigateur en français et vice versa.
Encore une fois Joel  nous conseille d’envoyer des emails via le support
3. Mike Ramsey : utiliser visual website optimizer pour le site web et mobile
Utiliser Majestic SEO pour les rapports sur le link building (ça c’est facile)
Les outils pour le suivi de son e-réputation : localreputation.com, trackur.com, reviewpush.com pour les notations. Un outil aussi utile est Page2rss.com pour créer un feed avec ses pages Google+ et possibilité de créer une alerte Google.

Enfin, mon dernier point concerne le pourcentage de liens à construire vers les pages Google plsu, les pages adresses sur site et la page accueil qui n’est pas censée recevoir des lins avec des ancres textes géo localisées. Le ratio idéal est le suivant selon Mike et David : 10% vers G+, 70% vers les pages adresses sur site et 10% vers la Home. Et pour finir, je vous livre ci-dessous  ma présentation sur le local SEO en anglais certes mais le SEO est américain rappelons nous Danny Sullivan..

Voilà ce qui vient clore ce premier post dédié à ma participation au SMX de New York 2012, cette partie est consacrée au Local SEO (local university) et puis suivront deux billets consacrés aux métriques SEO et le mark up sémantique via Schema.org.


1 commentaire:

Seoimpressions a dit…

Thanks for great information you write it very clean. I am very lucky to get this tips from you


SEO Services New York

Enregistrer un commentaire